De retour de Kinshasa : Un dossier urgent sur la table de Gbagbo

RocheD

Laurent Gbagbo devra s'attaquer prioritairement au dossier de la réunification de son parti

Annoncé pour le jeudi 8 juillet, c’est plutôt la veille que Laurent Gbagbo a regagné Abidjan après un séjour de six jours à Kinshasa où il était en visite privée.

Le samedi, il est attendu à Daoukro pour une visite de courtoisie à l’ancien président Henri Konan Bédié. Après quoi, il devrait réellement se réengager en politique. Il a déjà eu le temps de pleurer ses morts comme il l’avait demandé. Et là un dossier urgent l’attend. Il s’agit du dossier du Front populaire ivoirien (Fpi).

En son absence, le parti qu’il fondé s’est divisé entre deux tendances. La faction légale dirigée par  Pascal Affi N’Guessan, reconnue par l’Etat de Côte d’Ivoire, et l’autre reconnue par Laurent Gbagbo lui-même, officiellement dirigée par Assoa Adou qui en est le secrétaire général. Avec comme président Laurent Gbagbo.

Un fait curieux cependant : depuis son retour, Laurent Gbagbo n’a jamais été désigné par ses partisans comme président du Fpi. Tous les communiqués signés d’Assoa Adou et Justin Koné Katinan ne mentionnent au surplus que la qualité d’ancien président. Pendant ce temps, Affi N’Guessan fait profil bas.

Une chose est cependant certaine, Laurent Gbagbo est résolument dans le camp opposé à Affi N’Guessan qu’il n’a d’ailleurs pas rencontré depuis son retour. Un retour qui a été piloté de bout en bout par Assoa Adou.

Il avait rencontré Affi à deux reprises à Bruxelles début janvier et début février 2020. A cette occasion, Gbagbo l’avait instruit de discuter avec Assoa Adou pour étudier les conditions d’une réunification. Echec et mat ! Les rencontres on effectivement commencé, mais la montagne a accouché d’une souris.

Une lueur d’espoir tout de même. Pendant sa tournée dans les médias en mai dernier, Justin Koné Katinan avait indiqué que la question de l’unité du Fpi serait réglée une fois que Laurent Gbagbo serait rentré. « Quand le père n’est pas là c’est normal que ses enfants se battent, la question de l’unité du Fpi sera réglée en famille », avait-il inlassablement répété.

Beaucoup de gens estiment, en effet, que ce devrait un dossier prioritaire sur la table de M. Gbagbo. Il devra trancher définitivement pour donner de la visibilité à son action politique. Car, ça fait vraiment désordre de voir un parti avec deux directions.

RocheD

RocheD contact@operanewshub.com