Cette famille coupe la peau des jeunes hommes pour ressembler à celle d’un crocodile.

News Hub Creator

C'est une tradition assez sanguinaire dans la tribu des Iatmuls en Nouvelle-Guinée. Cette tribu coupe la peau des jeunes hommes pour ressembler à celle d'un crocodile à partir de l'âge de 17 ans. Les Iatmuls vénèrent le crocodile, créateur du ciel et de la terre selon leur croyance. Cette tradition vise donc à procurer aux hommes du village la force et le pouvoir.


En Papouasie-Nouvelle-Guinée dans la région du fleuve Sépik, la tribu des Iatmuls représente un groupe ethnique de 15 000 individus regroupés le long de la partie centrale du fleuve. Sur la peau des hommes de la tribu des latmuls, on retrouve plusieurs motifs. Ces motifs imitent les écailles du reptile sacré le crocodile, considéré comme immortel, et dont les initiés endossent symboliquement le pouvoir. Les Iatmuls perpétuent un rituel de passage impressionnant et unique au monde, destiné à donner à la peau l'apparence de celle de leur animal totémique.

Lorsqu’un garçon de la tribu de la rivière Sepik atteint l’âge adulte, généralement 17 ans, il est conduit par les anciens de la tribu pour une cérémonie secrète visant en renforcer sa virilité. Selon le cinéaste Daniel Vigne qui a réussi à tourner un film sur cette tribu, ce rite se passe dans une douleur atroce.

"C’est une initiation douloureuse et qui dure des semaines. Pour intégrer l’élite, certains villageois de Papouasie-Nouvelle-Guinée se font scarifier des écailles de crocodile afin d’hériter de sa puissance." Déclarait-il


Par ailleurs, le photographe Marc Dozier, qui explore la Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis vingt ans disait qu'aussi douloureuse que dangereuse, cette pratique permet aux adolescents initiés de trouver leur place au sein de la communauté et d’incarner symboliquement la force de l’animal totémique. 

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country