Audit des structures de l'État : Tiken Jah soutient et encourage le Gouvernement à aller jusqu'au bout

Bassira

Dans une publication sur sa Page Facebook "Tiken Jah Fakoly Fans", en date du jeudi 8 juillet 2021, l'artiste chanteur ivoirien de la musique raggae, très connu pour ses coups de gueule, a une fois encore donné de la voix.

Par cette sortie, il encourage le Gouvernement Ivoirien à aller jusqu'au bout, dans l'opération main propre qu'il vient de lancer à travers les audits des structures publiques.

L'artiste qui va plus loin, recommande la condamnation des auteurs des détournements de l'argent dès contribuables. Ce qu'il a appelé le vol des richesses de son pays

Voici l'appel de l'enfant d'Odienné (Kabadougou), sur la page Facebook "Tiken Jah Fakoly Fans" :

<< Nous encourageons le Gouvernement à aller jusqu'au bout en condamnant tous ceux qui détournent l'argent du contribuable.>>

Le même jour, jeudi 8 Juillet 2021, la page Facebook "Mel Essais Média TV", a publié un un véritable cri d'alarme que l'artiste a lancé face à cette situation.

Dans une publication sous forme de refrain, il lance à qui veut l'entendre que " Ça "vole l'argent de son pays". Et ajoute que "l'argent de son pays s'envole".

Dans ce tweet, Tiken Jah Fakoly dénonce :

<< Ça vole , ça vole , ça vole. Ça vole l'argent de mon pays, ça vole.

Il s'envole, il s'envole, il s'envole. Il s'envole l'argent de mon pays, il s'envole.>>

A la suite de ce refrain, voilà ce qu'a dit le musicien raggaeman de Côte d'Ivoire :

<< Construit de nos mains, extrait de nos roches , nos richesses prennent un chemin qui ne mènent pas à nos portes 

Nos terres sont riches, nos bras sont forts. Mais d'autres profitent du Trésor nous laissant dans la pauvreté.>>

Ainsi, finit-il par conclure avec ces interrogations :

<< Combien de fortunes cachées construites avec nos sueurs? 

Qui donc encaisse les bénéfices du Travail de nos fils?  

Nous ne goutons jamais le fruit de notre labeur, plus on a de la valeur, plus les puissantsbdeviennent les Voleurs.>>

Bassira.

Bassira contact@operanewshub.com