Transition au Mali/Tchad: la France se contredit ?

RodolphoAssalhe

Après la mort tragique d'Idriss Déby, la junte prend le pouvoir avec à sa tête, Mahamat Déby, fils du défunt président. Le conseil militaire de transition disout l'Assemblée nationale de même que le gouvernement et abroge la constitution, avant de proclamer Mahamat Déby président de la république pour une période de transition. Notons que cette manigance a été soutenue par la France, et la France continue de soutenir cette junte.

Pourtant, nous assistons, aujourd'hui au Mali, à un deuxième coup d'État des militaires maliens menés par Assini Goïta. Le colonel Assimi Goïta occupe désormais les fonctions du président de transition en poussant de force la démission de Bah N'Daw. La cour constitutionnelle du Mali va valider, le vendredi passé, cette entreprise.

Cette façon de procéder ne va pas du tout plaire au plus jeune président français, Emmanuel Macron. Le chef d'État français avait qualifié ce second coup d'État d'inacceptable. Dans "le journal du dimanche", il a affirmé : "je ne resterai pas aux côtés d'un pays où il n'y a plus de légitimité démocratique ou de transition".

Cependant, cette façon de confisquer le pouvoir est perceptible au Tchad avec la junte, qui est totalement soutenue par la France. La fermeté que la France affiche au Mali et le soutien perceptible au Tchad, avec la junte font-ils que la France se contredit ?

RodolphoAssalhe contact@operanewshub.com