Phénomène des sachets noirs dans les réceptions et cocktails/les hommes ont rejoint les femmes

SRANKPA

Dim1107210730



Pendant longtemps, l'on a déploré le fait que de nombreuses femmes lors de réceptions, de cocktails debouts ou de toutes autres occasions où la nourriture était servie, ne se gênaient pas pour faire des emportés emballés dans des sachets noirs préalablement dissimulés dans leur sac à main. Au début, celles qui le faisaient s'y prenaient avec discrétion, parce que à la vérité c'était gênant. "Cela témoignait non seulement d'un manque d'éducation mais aussi de révéler l'origine sociale modeste de ces femmes" nous explique Mlle Soro vendeuse dans une pâtisserie de San pedro. Et puis petit à petit faisant fi des railleries, presque toutes les femmes sans distinction de classe sociale s'y sont mises de sorte qu'avant d'aller à une réception ou à une fête, les membres de la famille donnent des sachets à ces dernières afin qu'elles leur ramènent un peu de ce qu'elles auront manger là-bas. Aujourd'hui toutes les femmes font tranquillement "leur marché" ou provisions de nourriture souvent pour plusieurs jours au cours de ces réceptions.

Le phénomène a tellement pris de l'ampleur que désormais, on voit des hommes s'y adonner. Mais eux le font avec un peu plus de class le plus souvent au contraire des femmes qui quelques fois se bousculent un peu pour remplir leurs sachets. En effet les hommes demandent gentiment aux serveuses de leur faire un petit paquet à emporter. "Cela est surtout le propre de certaines autorités ou responsables qui ne peuvent pas descendre si bas" ironise Mlle Soro. Puis elle ajoute "ils ne portent pas leurs paquets eux mêmes, mais les confient à leur assistant ou aide ou employés". Mais pour le reste des hommes adeptes des "emportés", ils se servent eux mêmes tranquillement dans des papiers mouchoirs en n'en donnant pas l'air. Et il arrive même que les chefs traditionnels avec leur gros pagne se laissent prendre au jeu.

Quant aux raisons qui expliquent cette pratique, ce n'est pas que toutes ces personnes n'ont jamais mangé ce qu'elles emportent ou ne peuvent se l'offrir selon M. Diarra, responsable dans une entreprise d'achat de cacao. "C'est simplement parce que tout à déjà été payé et c'est pour les convives ou séminaristes. Que va t-on en faire quand ça reste? Généralement se sont les personnels des services traiteurs ou des hôtels qui s'en donnent à cœur joie" justifie t-il.

SRANKPAWA BOUAKE Dim1107210730

Photo: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

SRANKPA contact@operanewshub.com