Interview / Savan'Alla : «la femme n’est pas un objet de plaisir»

Tembo.Opera

Savan’Alla nous a accordé une interview lors de son récent séjour sur les bords de la lagune Ebrié. Sans langue de bois, la reine de la savane Baoulé s’est exprimée sur sa vie en France, sa carrière musicale, mais aussi son côté jardin.

Pourquoi vous êtes-vous installée en France alors que vous aviez tout ici ?

Je suis partie en France pour des obligations familiales. J’étais obligée d’y résider par rapport à ma fille, parce que je suis devenue maman. Vous savez que quand une artiste devient maman, les choses changent un peu pour elle. Donc il fallait que je sois en Europe pour m’occuper de ma fille.

Comment arrivez-vous à entretenir votre carrière musicale quand on sait que vivre en Europe n’est pas de tout repos ?

Je pense que c’est une question d’organisation. Quand on est bien organisé, on peut tout faire. A Paris, je travaille en semaine et les week-ends, je fais mes spectacles.

Pourquoi avoir baptisé votre chanson d’actualité "Folle d’amour" ?

C’est le titre que j’ai donné à cette chanson parce que je me suis inspirée d’un fait qui s’est passé autour de moi. J’ai une amie qui a vécu cela et qui m’a raconté son histoire. Je me suis inspirée de cela pour écrire un texte, je lui ai donné une mélodie et on est rentrés en studio pour enregistrer "Folle d’amour". "Folle d’amour"... je ne suis pas folle d’amour.

Nous avons remarqué que toutes les chansons de Savan’Alla tournent autour de la femme...

Savan’Alla chante l’amour et on ne peut pas chanter l’amour sans parler de la femme et de l’homme. Savan’Alla ne chante pas la femme, mais elle chante l’amour. Dans mes chansons, j’aime bien titiller un peu les hommes parce que je suis une femme, et il faut bien les titiller pour qu’ils se réveillent. Il y a des hommes qui s’endorment et qui ne prennent plus du plaisir à rendre la femme heureuse. Donc j’essaie d’écrire des textes pour les réveiller un peu sur le fait que la femme est un complément, la femme n’est pas un objet de plaisir. La femme est une maman, une petite maman. Quand vous quittez vos pères et mères et vous mettez en couple, la femme devient votre maman, donc respectez-la. La femme est une fleur qu’il faut tout le temps arroser.

Lire la vidéo ici

Les chansons de Savan’Alla sont-elles des faits vécus ?

Pas forcément ! Mes chansons en général traitent du train-train quotidien, de tout ce qui se passe autour de moi. Mais il y a un peu de vécu dedans quand-même parce que je suis une femme. Quand on parle d’amour, Savan’Alla vit aussi l’amour. Un peu de vécu et un peu de tout ce qui se passe autour de moi, ça fait une belle chanson.

Ce vécu, on le voit dans laquelle de vos chansons par exemple ?

Dans "Folle d’amour", dans les hommes n’ont plus rien dans le cœur "ils ont tout en bas".

Lorsque vous chantiez "Le pointeur doit payer cash", à quoi faisiez-vous allusion ?

Pour "Le pointeur doit payer cash", j’ai été inspirée par l’histoire d’une amie. Elle est venue vivre chez moi parce qu’elle a eu des soucis avec son ex-mari à qui elle a trouvé du boulot, elle a tout fait pour ce dernier. Et quand ça a commencé à aller chez lui, il a commencé à travailler, à porter de jolies vestes, mettre de bons parfums, il ne voulait plus d’elle. Il a trouvé qu’elle ne lui ressemblait plus et elle s’est retrouvée chez moi. La pauvre, elle n’avait pas le moral pendant trois mois et au moment où elle a commencé à s’embellir pour sortir, les hommes ont recommencé à la draguer. Elle s’est dit : "je me suis tellement investie dans l’ancienne relation que maintenant si l’homme ne paye pas cash, je n’en veux plus".

Savan’Alla, c’est bientôt 30 ans de carrière. Y a-t-il quelque chose en vue ?

Savan’Allah a 29 ans de carrière, on va célébrer les 30 ans l’année prochaine. Et en ce moment, je suis en train de préparer un single avec DJ Mix.

Y a-t-il une raison particulière sur vos collaborations avec les jeunes artistes tels que Kédjévara et DJ Mix ?

C’est parce que Savan’Allah a envie de rajeunir sa musique. J’aime bien la nouvelle génération. Comme j’ai l’habitude de dire, grâce à la nouvelle génération on écoute aujourd’hui la musique ivoirienne dans tout le monde entier. Donc j’ai envie de rafraîchir un peu ma musique en faisant des featurings avec mes petits frères, mes enfants, mes petites sœurs aussi parce qu’il y aura des featurings avec des jeunes artistes ivoiriennes.

Belle femme que vous êtes, votre mari doit avoir le sommeil troublé...

Je pense que c’est une question de confiance. Si mon homme a confiance en moi, pourquoi il aurait le sommeil "mélangé" comme vous le dites ? Quand vous vivez avec une femme artiste, surtout une star, il faut avoir un moral d’acier. Vous savez dans quoi vous êtes rentré. Je pense qu’on s’en sort très bien, il me comprend et tout se passe bien.

Savan’Alla est-elle mariée ?

Je ne suis pas encore marée parce que je ne vous ai pas encore invité à mon mariage. Vous serez bientôt invités. Mais j’ai une vie de famille.

Il y a quelques années en arrière, vous avez pourtant annoncé en pompe votre mariage...

C’était en prélude à une chanson que j’avais sorti (La Go Djaz). On faisait la promo de "La Go Djaz" et j’ai dit que dans "La Go Djaz" c’est la fille du quartier que les gens ne pensaient pas qu’elle allait se marier un jour qu’un homme a finalement vue au quartier, l’a acceptée telle qu’elle est et a accepté de l’épouser. Et les gens ont pensé que j’ai annoncé que j’allais me marier. Ce n’est pas cela. J’étais en train d’expliquer simplement le contenu de la chanson "La Go Djaz".

Lire la vidéo ici

Savan et Al Moustapha, qu’est-ce qu’il en est exactement ?

Ce dossier, je ne veux plus en parler parce qu’il est clos. Il est vraiment clos. Dernièrement sur une chaîne de télévision, le débat a été clos. Donc je ne vois plus pourquoi je vais encore en parler.

Comment sont devenues vos relations ?

Ça a été clos, le monsieur s’est excusé. C’est fini, c’est fini ! Depuis je ne l’ai pas eu au téléphone, cela fait un moment qu’on ne s’appelle plus, donc je ne sais pas.

Après que Al Moustapha ait reconnu son tort, est-ce que cela peut emmener Savan’Alla à renouer le contact avec lui ?

Oh pas forcément ! Je ne sais pas ! Pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour.

"Folle d’amour", est-ce une relance de ta carrière ou une annonce de ton retour en Côte d’Ivoire ?

"Folle d’amour" va me permettre de reconquérir ce public Akan que j’avais laissé avant de partir. "Folle d’amour", est chanté en Français certes, mais la sonorité est en Baoulé.

Réalisée par JM TONGA & Naomie Kam

Tembo.Opera operanews-external@opera.com