Mali : les soldats de l'opération Barkhane attaqués dans la localité de Gossi, six blessés

Eddydy

Le président Macron veut « transformer » en profondeur la présence militaire française au Sahel. C’est ce qu’il a expliqué, jeudi 10 juin, au cours d’une conférence de presse. Emmanuel Macron a annoncé la fin de l’opération Barkhane , pour laquelle 5 100 soldats français sont déployés au Sahel depuis 2014. il a ajouté « La forme de notre présence » au Sahel « n’est plus adaptée à la réalité des combats ». Ce lundi 21 juin 2021, les forces françaises de l'opération Barkhane ont été attaquées  dans le nord du Mali, à 160km au sud de la principale ville du septentrion, Gao. Une information relayée sur le site internet de RFI .

Dans la périphérie de la localité de malienne de Gossi, l’attaque est survenue non loin du dispensaire Anne-Marie Salomon, du nom d’une religieuse française qui a installée sur place un centre de santé pour soigner les populations locales.

Selon de bonnes sources, c’est un véhicule chargé d’explosifs, actionné par de présumés jihadistes, qui a heurté un véhicule de la force Barkhane faisant partie d’une patrouille de sécurisation. Des témoins ont entendu un grand bruit.

Les militaires français ont tout de suite réagi au sol, avec en support des hélicoptères Tigre et des Mirage 2000. Des kamikazes auraient trouvé la mort. Du côté des forces françaises, il y a des blessés, tout comme du côté des civils maliens. 

Dans les environs de Gossi, située à 160 km au sud de Gao, Barkhane dispose d’une base qui lui sert de tête de pont dans la lutte contre les jihadistes. La zone a une frontière avec le Burkina Faso. Les populations locales vivent dans l’insécurité. Récemment un riche commerçant de Gossi a été retrouvé assassiné, et deux civils qui se rendaient plus au Nord ont été tués par des hommes armés non identifiés.

Rappelons que le président Emmanuel Macron a indiqué qu'il souhaite désormais donner la priorité à la lutte contre les jihadistes par les forces spéciales. Les forces spéciales, c'est la force Sabre, composée de 350 commandos des trois armées, chargés de neutraliser les chefs terroristes. Ces soldats d'élite seront épaulés, par les commandos européens de la force Takuba déjà présents au Sahel, mais aussi par les forces spéciales des armées partenaires.

Edmond Kouassi ( EDDYDY)

Eddydy operanews-external@opera.com