Economie : le plan national de gouvernance bientôt transmis au gouvernement

News Hub Creator

Résultant d’un processus inclusif et participatif d’une durée de trois ans, suivi de deux évaluations internes et externes, le plan national de gouvernance est au niveau final de sa validation. C’est ce qui ressort d’une rencontre ministérielle de concertation tenue ce vendredi 28 janvier 2022 au ministère chargé de l’intégration africaine sis au 22ème étage de la tour C au quartier administratif du Plateau.

Le 09 février 2019, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, prenait l’engagement devant ses pairs à Addis-Abeba de faire de la Côte d’Ivoire un modèle de bonne gouvernance aussi bien en Afrique que dans le monde. Aux termes de trois années de travail concerté, le Programme National de Gouvernance (PNG), cette initiative du Mécanisme Africain d'Évaluation par les Pairs (MAEP), prise dans le cadre de l’Union Africaine, est validée par l’ensemble des acteurs. Cette rencontre à laquelle ont pris part les ministères du Plan, de l'économie et des finances ; du Budget, des affaires étrangères, de la justice et la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (HABG) visait à présenter les résultats du travail à transmettre au gouvernement.

 

« L’objectif est de créer un climat de paix à travers l’amélioration de la gouvernance, le renouvellement de la confiance entre les gouvernants et les populations ainsi que les bailleurs. L’amélioration de la gouvernance, la promotion de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, l’amélioration de l’Etat de droit, la modernisation du pays sont entre autre les thématiques abordées dans ce plan de gouvernance. C’est la première fois que la Côte d’Ivoire se dote d’un tel plan. Un plan qui va s’arrimer au Plan National de Développement (PND). Il y aura tous les aspects pour donner à la Côte d’Ivoire l’envergure que le chef de l’Etat souhaite lui donner. », fait savoir Amadou Koné directeur de cabinet du ministre de la promotion de la bonne gouvernance relativement à ce plan estimé à quelques dizaines de milliards de Frs Cfa.

Pour l’ambassadeur Wautabouna Ouattara, directeur général de l’intégration africaine, professeur titulaire des universités, le PNG est ‘‘une réponse aux problématiques et aux défis de la corruption’’. « Le ministre chargé de l’intégration, Alcide Djédjé, a présenté devant les députés, le projet de protocole d’accord de la Cedeao permettant de renforcer le dispositif national pour lutter contre la corruption. Les députés ont autorisé le chef de l’Etat à ratifier cet important document. », rappelle-t-il. En somme, le PNG sera présenté par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, devant ses pairs en février prochain à Addis-Abeba.

 

Cyrille NAHIN 

News Hub Creator operanews-external@opera.com

Home -> Country