Comme en 2010, Bédié détient encore "les avenirs politiques" de Gbagbo et Ouattara en mains

RaoulMobio

Pour la seconde fois en un peu plus d'une décennie, Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et ancien chef d’état Ivoirien, tient une posture d'arbitrage entre ses deux autres contemporains de la scène politique Ivoirienne, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara.

Dirigeant de la plus ancienne formation politique en Côte d'Ivoire, qui tient encore des bastions électoraux importants sur l'échiquier géopolitique, comme lors du second tour de la présidentielle de Novembre 2010, Henri Konan Bédié campe dans une position de faiseur de roi.

Pour atteindre leurs objectifs de reconquête ou de maintien du pouvoir, chacun de ses deux cadets tente de le tirer de son côté. Laurent Gbagbo avec qui il est officiellement en alliance depuis au moins Juin 2020, n'a pas tardé à exhiber, peu après son retour le 17 Juin dernier, son intérêt pour cette collaboration d'une importance vitale pour lui à l'heure actuelle.

En face, Alassane Ouattara fait les yeux doux à son aîné, qu'il tente de reconquérir après la crise électorale du 3ème mandat, au cours de laquelle l'adversité entre les deux ex alliés, avait atteint son paroxysme.

Dans ce tiraillement, le successeur d'Houphouet Boigny, partagé entre la nécessité d'apaisement avec le régime en place, et le repositionnement de son parti en tant que force conquérante du pouvoir d'Etat, semble basculer pour la consolidation de son alliance avec le fondateur du FPI, attendu dans son fief de Daoukro, le 10 Juillet prochain.

Alassane Ouattara, de plus en plus isolé dans la sphère politique, s'en laissera-t-il compter? Certainement pas.

Du retour du parti septuagénaire dans le sillage du RHDP, il en a grandement besoin pour survivre à un cataclysme électoral en 2025. Les arguments les plus persuasifs seront ceux qui prévaudront dans cette équation politique aux multiples inconnues, qui se dessine.

Raoul Mobio

RaoulMobio operanews-external@opera.com