Comment seront dénommées les rues d’Abidjan

Ecodebabi

La cellule d’adressage du bureau national d’études techniques et de développement (BNETD) porte le projet d’adressage des rues de la ville d’Abidjan dont la durée de réalisation est de trois (3) années. Ce projet concerne la quasi-totalité des communes et sous-préfectures du Grand Abidjan : Abobo, Adjamé, Attécoubé, Anyama, Bingerville, Cocody, Koumassi, Marcory, Plateau, Port-Bouët, Treichville, Songon et Yopougon. 

C’est en 1996 que l’Etat de Côte d’Ivoire a initié le projet d’adressage des rues de la ville d’Abidjan pour pallier le problème de l’identification des voies et des constructions. En effet, entre 1970 à 1980, la ville d’Abidjan a connu un développement rapide lié au boom économique appelé « miracle ivoirien ».

Mais l’impact de l’adressage va bien au-delà du repérage, il permet de booster les échanges commerciaux. Par exemple, dans le contexte de Covid-19 et ses conséquences liées au confinement, les échanges commerciaux se font de plus en plus via internet (achat et vente en ligne), avec une livraison à domicile.

C’est en cela que la connaissance des adresses précises des personnes est importante pour faciliter la livraison des marchandises. Quant au choix de la dénomination des voies (rues, places…), il obéit à un nombre d’étapes qui débute par le répertoire de noms et toponymes par des experts en matière d’histoire, sociologie, géographie, etc. Ce répertoire doit contenir une liste pertinente de personnages ayant marqué l’histoire de la Côte d’Ivoire. Mais il peut être étendu à des champs impersonnels tels que la faune, la flore, les dates historiques, la géographie… Ensuite, l’attribution de noms aux voies est décidée lors des conseils municipaux. Une adresse est composée de trois éléments de base qui sont : la voie où l’unité d’occupation se trouve, matérialisée par un nom ou un numéro de voie ; le numéro de l’unité d’occupation par rapport à la voie ; le quartier/commune où l’unité d’occupation et la voie se trouvent. Dans la capitale, la quasi-totalité des unités d’occupation (constructions) ne porte aucune identification (numéro).

Ecodebabi contact@operanewshub.com