Une nouvelle drogue fait de nombreuses victimes : ce que dit la Police des Stupéfiants de Côte d'Ivoire

News Hub Creator

La consommation de la drogue atteint des propositions importante en Côte d'Ivoire. Afin d'endiguer le phénomène, la Direction de la Police des Stupéfiants et des Drogues (DPSD) a entamé un campagne de sensibilisation liée aux dangers liés à l'apparition d'une nouvelle drogue base de protoxyde d'azote, une substance hautement toxique.

En effet, la DPSD a saisie une importance quantité de ce gaz incolore, hilarant avec une odeur et un goût légèrement sucré, au propriétés anesthésiques et antalgiques et utilisé en médecine, apprend-t-on dans une communication de la Direction Générale de la Police Nationale.

Selon le Commissaire Divisionnaire de Police Toure Mabonga Epouse Atché, Directrice de la DPSD, les consommateurs de cette substance s'exposeraient à des risques d’asphyxie, de perte de connaissance, de troubles neurologiques et cardiaques. Ne dit-on pas que "quand il pleut à Paris, Abidjan est mouillé"?

« En France où le phénomène existe depuis des décennies, une loi (Loi numéro 2021-695 du 1er juin 2021 tendant à prévenir les usages dangereux du protoxyde d’azote) a été prise en 2021 pour interdire désormais ce phénomène » précise la DPSD.

Avant de poursuivre avec la démarche ivoirienne où plusieurs réglementations en matière de lutte contre le phénomène ont été mises en vigueur. « Nous poursuivons donc pour importation irrégulière de médicaments (articles 53 de la loi numéro 2017-541 du 3 août 2017 relative à la régulation du secteur pharmaceutique) et pour vente illégale de médicaments (exercice illégal de la pharmacie – articles 71, 72, et 73 de la loi numéro 2015 -553 du 20 juillet 2015 relative à l’exercice de la pharmacie).» poursuit la DPSD.

La Caire Toure Mabonga Epouse Atché invite les populations à s'impliquer dans la sensibilisation. «Cette lutte est une affaire de tous, c’est pourquoi, nous devons sensibiliser nos compatriotes sur la dangerosité du produit tout en mettant en garde ceux qui pensent trouver en Côte d’Ivoire un nouveau marché dudit gaz après la réglementation de son usage en France », a rassuré la patronne de la DPSD. La note précise par ailleurs que dans le cadre de ses investigations, les agents de la DPSD ont interpellés 02 importateurs en date du 28 décembre 2021 et ils ont été déféré devant le parquet.

Pour rappel, en février 2021, 1 056 blocs de cocaïne brute d’un poids de 1,56 tonne dont la valeur est estimée à 25,560 milliards de FCFA, en provenance d’un pays de l’Amérique latine, avaient été saisis, à Cocody-Angré, à Abidjan, par la Gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire.

News Hub Creator operanews-external@opera.com

Home -> Country