Voulant investir dans un garbadrôme, un ivoirien se fait escroquer 1.950.000 F par un nigérien

LouisCésarBANCE


Moumouni est un nigérien de 45 ans se présentant comme un consultant financier. Il lui est reproché d'avoir escroqué la somme de 1.950.000 francs à monsieur Kouassi dans un projet de création de garbadrôme.


Dans un premier temps, monsieur Kouassi, qui, comme tout le monde, désire faire fructifier son argent, remet la somme de 1.150.000 francs au nigérien pour la construction d'un premier garbadrôme. Plusieurs mois après, il remet 800.000 francs à Moumouni pour l'établissement d'un deuxième garbadrôme. Cependant, les choses ne se passent pas comme il l'espère, de sorte qu'il convoque son associé en justice pour se faire rembourser son investissement.


Déféré le 21 Mai à la MACA pour escroquerie, Moumouni s'est présenté devant le juge ce 28 Mai lors de son jugement, répondant aux questions :


- Qu'avez-vous fait de l'argent que vous a remis Kouassi dans le cadre de votre projet commun ?

- Je l'ai investi dans les garbadrômes.

- Mais il dit que les garbadrômes n'ont jamais existé.

- Il ne dit pas la vérité. Le premier garbadrôme est fonctionnel, situé à Socogi derrière le 16ème arrondissement. Lui-même a déjà mangé à l'intérieur. Je lui ai aussi remis plusieurs sommes d'argent comptant pour les recettes.

- Dans ce cas pourquoi dit-il le contraire ?

- Sûrement parce que nous ne nous sommes pas entendus. Il voulait que je lui verse 20.000 francs par jour comme bénéfice. Je lui ai dit que c'était trop pour un petit restaurant, et que je ne pouvais pas. C'est de là qu'est partie la discorde.

- Vous dites que le premier garbadrôme est fonctionnel ?

- Oui, il a fonctionné pendant 3 mois...

- Avez-vous des clients que vous avez servis et qui sont dans la salle d'audience ?


Tous les regards convergent vers le public. Personne ne se signale en qualité de client de Moumouni. Madame la juge poursuit :

- Et vos grossistes avec qui vous payiez l'attiéké, le poisson, où sont-ils ? Vous avez des reçus ?


Kouassi, le plaignant, atteste que Moumouni a détourné son argent à des fins personnels, tandis que ce dernier soutient le contraire. Le tribunal a renvoyé le procès au mercredi 2 Juin 2021. Il est demandé à Moumouni d'apporter des preuves sur l'existence de son activité en faisant venir également quelques clients qui pourraient témoigner avoir mangé dans son kiosque. En sera-t-il capable ? Rendez-vous au tribunal de Yopougon pour le savoir.


Louis-César BANCÉ

banceglory@yahoo.fr



LouisCésarBANCE contact@operanewshub.com

Opera News Olist