Les Chroniques du Synasci : À qui la faute ?

SYNASCI

#SYNASCI#

SYNDICAT NATIONAL DES AGENTS DE SÉCURITÉ DE CÔTE D'IVOIRE

#LES_CHRONIQUES_DU_SYNASCI

"À qui la faute ?"

Les agents de sécurité?

les syndicats ?

Le patronat ?

Ou L'état et les gouvernants?

De quelle faute s 'agit-il ?

Il s'agit entre autre en ce 21ème siècle d'avoir dans un état comme le nôtre où tous les secteurs ont observé une avancée considérable , sauf celui de la sécurité privée colonisé des par des esclavagistes modernes ( le patronat, certaines institutions et les syndicats corrompus ) maltraitants des agents de sécurité comme étant des esclaves modernes.

Cette faute reste partagée entre les différents principaux acteurs qui sont :

*les agents de sécurité privés composé : de vigiles, de garde-du-corps d'agent d'escorte de fond, de maître de chien, agents des opérations, d'agents de sûreté (portuaires et aéroportuaires) et des pompiers privé civiles.. Ces agents restent encore divisés , non-instruit sur leurs droits et les procédures juridiques, en plus d'être trop passifs et muets sur leurs misérables conditions socio-professionnelles ...

*les syndicats et les délégués du personnel divisé de par leurs appartenances centrales de base pour des intérêts financiers égocentriques et une question de leadership en plus d'être à la solde du patronat esclavagiste...

*Le Patronat du secteur de la sécurité privée est une vraie machine d'esclavagisme et de corruptions qui a réussit à mettre en place un mécanisme ultra sophistiqué de violation des droits des travailleurs du dit secteur car pour simple exemple leurs abus restent les moins touchés, les moins inspectés et les moins inquiétés par les instances compétentes en la matière...L'on parlerait d'un pandémonium fondé et exerçant sur la souffrance et le sacrifice de 78.000 âmes (femmes et hommes ,des pères et des mères de familles )

*L'état se veut aveugle et sourd tant dis que les gouvernants se dit ne pas être au parfum de cette triste réalité qui ronge des personnes honnêtes qui ont décidée de donner de leur vie et de leur temps en sacrifice pour sauver préserver celle des autres et leurs biens (ce qui contribue fortement à une stabilité et un développement paisible dans un état comme le nôtre )...Ces sous-hommes ivoiriens et ressortissants de d'autres contrées ne sont-ils pas des ressources humaines nécessaires à la vie de notre État?

Aucun homme politique ne parle de réforme (Salaire, heures de travail, assistances et suivies juridiques ) concernant ce secteur.

Là où les mécanismes de l'état semblent plutôt bien marcher ,c'est quand un agent de sécurité est arrêté pour un vole ou autre acte du genre...Son procès est rigoureusement exécuté...Pourtant bien avant d'être ce malfrat il a été le victime de cet employeur qui ne le payait pas à temps (voir avec des arriérés de 5 mois souvent) ,victime d'un employeur ne le payant pas le SMIC (soit avec un salaire qui se situe entre 40 milles et 80 milles) ni les heures supplémentaires encore moins la déclaration à la CNPS…

*Si aujourd'hui la population s'intéresse peu à peu à la dégradante condition de vie socio-professionnelle des agents de sécurité il faut dire qu'elle a été dans un passé très proche l'acteur principal qui a contribué à la marginalisation et au non-respect de cette corporation...

Qui parmi nous n'a jamais attendu des propos comme ce qui suit : " Tu n'es rien tu n'es qu'un simple vigile " ...

Maintenant que nous avons fait la partition de chacun dans cette histoires, nous parlerons des autres aspects la semaine prochaine ...

À SUIVRE ....

Secrétariat Général du SYNASCI: 02073232

SYNASCI operanews-external@opera.com