Russie – Ukraine : la fin justifie-t-elle les moyens, en milliers de vies humaines fauchées ?

News Hub Creator

On pourrait s’interroger quant à ce qui fait de cette guerre Russie- Ukraine, un cas d’école dans un monde où les conflits armés, c’est le moins qu’on puisse dire, foisonnent. Les opinions s’accordent sur le fait qu’en termes de couvertures mass médiatique, la mondo vision n’a jamais rien couvert à une telle dimension d’ubiquité.

C’est à croire qu’il y a comme une sorte de compétition à rendre compte des faits les plus saisissants dans tous les sens du terme. Et à engager un rapport de proportion quantitative de couverture de l’espace mondial, on note que le camp occidental l’emporte dans un ratio de quasiment un pour cinq.

De cette écrasante présence, le camp occidental s’est donné pour toile de fond, de finir par faire adopter par l’opinion internationale, la thèse de « Poutine le monstre » contre qui toute l’humanité doit se mobiliser. Mais n’a-t-on pas dit que les mêmes causes produisaient les mêmes effets ?

La guerre Russie –Ukraine aura ceci d’unique de constituer un cas atypique, en ce sens que pour la première fois, le stratagème occidental qui aura emporté plus d’un, dont Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi et autres, n’a pas produit l’effet escompté, disons à court terme, et pour cause.

Pire, pour s’être attaqué en fait à un des leurs, avec qui, nombre de basses besognes du même type ont été accomplis naguère ; le camp occidental s’est fourvoyé au point de donner à l’initié d’hier, de dénoncer les forfaitures et dévoiler sur la place publique, les cahiers noirs de l’impérialisme occidental du temps des empires à nos jours.

En relisant dans les lignes le discours de Vladimir Poutine au Forum de Saint Petesbourg, on se rend à l’évidence que ce qui se passe en Ukraine dépasse le strict cadre de la souffrance d’une nation, d’un peuple, pour donner de voir, non aux 99,99% de formatés, mais aux 0,01% de déformâtés que, c’est le sens même de la dimension humaine qui est en jeu.

Que vaut, en cette civilisation hautement technologisée et robotisée, la vie humaine vis à vis des valeurs édictées en cette ère de la mondialisation et de la globalisation des économies sur la triade universelle avoir-savoir-pouvoir ?

La vie humaine est-elle encore une valeur à la vérité ? On voudrait se laisser abuser comme ces 99,99% de formatés qui croient encore et toujours aux grandes conventions et autres déclarations universelles des droits de l’homme, à l’ONU dont justement le Secrétaire Général s’invite dans l’affaire Russie-Ukraine, lui frappé comme d’amnésie pour ce qui est de la Libye.

Autrement, comment comprendre qu’on puisse au nom de la défense des valeurs de l’intangibilité des frontières, et contre ce qui est clamé dans toute la mondo vision occidentale comme « invasion », l’OTAN s’en tienne à envoyer des armes, au lieu d’y aller comme pour les cas de l’Irak, de la Lybie  et de la Syrie ? Ou alors un dictateur n’en vaut-il pas un autre, pour peu qu’il soit de la couleur de référence ?

 Pourquoi, sachant que même avec l’armement le plus sophistiqué qui puisse exister à l’heure actuelle , vu la  différence de taille géographique et démographique, l’Ukraine ne peut vaincre la Russie ; persister à rester à distance de l’hécatombe, non seulement des soldats mais également des civils pris en étau dans les bombardements, si ce n’est  que la fin justifie les moyens ?

Seuls les privilégiés de l’ordre de 0,01% s’inquiètent de savoir que des millions de vies ne comptent pas, quant à être sacrifiés sur l’autel des valeurs dites géostratégiques, garants du profit prioritaire des ressources de la planète. Et pour se faire, rien de toute cette armada de conventions ne tiennent sinon que pour ceux des nations qui ne font pas partie du club du G7.

Inviolabilité des frontières, intangibilité des frontières ne valaient pas pour ces pays jusqu’à ces derniers temps où, l’un des membres, et non des moindres, pour si peu, une affaire d’émotion, claque la porte. Du moins, sort de la classe en laissant la porte ouverte, et donc les secrets de cette abomination, au vu et au su de la mondo vision, elle également torpillée de toute part par les réseaux sociaux, tous tels des canards enchainés.

Désormais, même le bloc monolithique des 99,99% de formatés se fissure, et des yeux aveuglés se mettent à voir et des langues de bois se délient pour dénoncer le mythe de la caverne ; or donc, la civilisation occidentale n’est pas si humaniste qu’elle le prétendait !

Mais est ce que le mal de cette civilisation hautement technologisée et robotisée n’a pas fini par entamer les quelques restes de philanthropie en ces hominiens de cette ère de la globalisation où, manifestement, la fin justifie les moyen ?

 Oui, par exemple pour accéder au pouvoir politique, on ne se fait aucun scrupule à enjamber les corps d’hommes et de femmes devenus désormais  des non- hommes et des  non- femmes juste parce qu’ils ou elles ont été unilatéralement déclarés « opposants » !

Oui, par exemple, pour accéder à la puissance de l’avoir financier, enlever la vie d’un homme ou d’une femme finit par ne pas émouvoir en ces crimes qu’on dit rituels et dont les colonnes des journaux sous tous les tropiques s’en font l’écho.

Oui, par exemple, pour accéder au savoir d’ordre mystique qui est supposé gouverner le monde et ouvrir de dominer et méduser des foules, ôter la vie d’un homme ou celle d’une femme ne vaudra pas l’hésitation d’un autre homme ou d’une autre femme pour les besoins de la cause.

Ainsi donc, ce qui se déroule à l’échelle  de la mondialisation et la globalisation qui vaut toutes ces vies d’hommes et de femmes, prix de ce que l’auteur nomme « le sang du pétrole, le sang du diamant … » ; vaut aujourd’hui dans toutes les parties du monde où la valeur sacrée de la vie humaine n’est plus que pure vœux pieux ; en entendant qu’une fin en justifie les moyens.

A bon entendeur… le vieux Prophète Jonas des temps modernes assisté du jeune Prophète Moïse des temps modernes vous disent à très bientôt… Pour d’autres thèmes autrement plus positivement décalés les uns que les autres… Le tout pour l’objectif de l’âge d’or du premier continent pour l’ère de la sainte montagne prophétisé en ISAIE 19

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country