Réconciliation nationale : Alassane Ouattara veut-il se rattraper ?

DarymKard

Il y'a comme un vent nouveau qui souffle dans l'environnement politique ivoirien. Les ennemis d'hier sont presque devenus des camarades aujourd'hui. Même le premier des ivoiriens s'y est mis, se donnant une image autre que celui de ''dur à cuire'' qu'on lui connaissait.

La Côte d'Ivoire est dans un autre tournant de son histoire depuis la libération des geôles de La Haye, du président Gbagbo et de son co-accusé Charles Blé Goudé. À la suite de L'acquittement de ces deux leaders de l'opposition, le président ivoirien n'a pas fait de difficulté pour dérouler le tapis rouge aux ex prisonniers. Lors du premier conseil des ministres de l'ère Patrick Achi, le président Ouattara avait donné son accord pour leur retour en Côte d'Ivoire. Leur transport sera même pris en charge par l'État ivoirien.

Le président Ouattara aurait-il changer de cap dans sa stratégie politique ? On pourrait le croire, puisqu'il est désormais impliqué dans la recherche de la paix. Et la création d'un ministère de la réconciliation et de cohésion nationale en dit long sur sa volonté de gouverner dans la tranquillité et la cohésion sociale, seul gage pour amorcer le développement du pays qui le tient tant à cœur. Ce revirement intervient aussi juste après le départ de plusieurs cadres du Rhdp. Des cadres qui animent maintenant la vie politique ivoirienne dans l'opposition.

Ce vaste départ de ces cadres aurait-il agit dans l'assagissement du président Ouattara ? Quand on se rappelle que certaines personnalités s'étaient rejouies du transfert de l'ex président Laurent Gbagbo à la CPI en 2011 et qui ont quitté aujourd'hui le navire Rhdp, on pourrait croire aux différentes pressions que subissait le président Ouattara dès sa prise de pouvoir en 2011. Le Rhdp n'étant plus un mouvement mais un parti politique, le président Ouattara serait maintenant sûr de la fidélité de tous ceux qui l'entourent.

Il n'y a donc plus ce calcul politique à faire pour satisfaire tous les partis qui composaient le Rhdp. Les mains libres, le président Ouattara peut désormais dérouler son programme personnel et c'est ce qu'il semble faire à travers son nouveau gouvernement et le début de libération des prisonniers de la désobéissance civile. Personne n'est sans ignorer que malgré sa grande rigueur, le président Ouattara reste un homme sans rancune, direct et très généreux. Il ne s'est jamais vengé de ses bourreaux après tout ce qu'il a subi comme oppression dans sa carrière politique.

Avec cette nouvelle donne créée par le sort, le président Ouattara ne serait-il pas enfin libéré des mauvais conseillers ? Si ses ex alliés étaient encore présents au Rhdp, aurait-il été si flexible avec l'opposition bien que son parti soit la première force politique du pays ?

DarymKard contact@operanewshub.com