Le saviez-vous? Nous ne donnons pas le genre qu'il faut aux mots funérailles, reproche et délice

Yves_Martial

Nous le savons tous. La langue française a des aspérités, des contorsions et des difficultés qui irritent plus d'un. En effet, du genre des mots à l'utilisation des verbes en passant par la conjugaison, il existe une pléthore de règles ou méthodes qui ne sont pas faites pour plaire à son utilisateur.

Toutefois, ce à quoi nous nous intéresserons aujourd'hui, c'est le genre des mots funérailles, reproche et délice.

Commençons par le mot funérailles, on entend souvent certaines personnes dire" Je vais à un funérailles" ou "le funérailles du vieux Glôkou a été boycotté par ses beaux-parents". Ces emplois sont tout simplement incorrects, car funérailles est un mot qui est toujours au féminin pluriel. Il est donc préférable de dire "Je vais à des funérailles" même s'il s'agit d'aller honorer la mémoire d'une seule personne décédée ou "Les funérailles du vieux Glôkou ont été boycottées par ses beaux-parents". Comme on peut le constater, ce substantif s'écrit et s'emploie toujours au pluriel avec le genre féminin.

Pour ce qui est du mot reproche qui est relatif au fait d'imputer la faute à quelqu'un en lui faisant des réprimandes, il est tout simplement du genre masculin. On dit donc un reproche ou le reproche et non une reproche ou la reproche comme on peut l'entendre souvent ou le voir sur les copies de certains élèves ou étudiants.

Quid du mot délice? Lui, il a une particularité, c'est-à-dire qu'il est masculin au singulier et féminin au pluriel. Par exemple, il serait intéressant de dire "Ce biscuit est un pur délice" et " Je ne me suis pas retenu de savourer les délices succulentes et infinies de ce plat typiquement sénoufo." Vous remarquerez ici à travers le second exemple que les adjectifs qualificatifs prennent la marque du féminin et du pluriel.

En bonus, retenons que dire" Je fête mes un an de plus d'anniversaire" est un usage déplacé. Le mot "an" dans cette phrase est au masculin singulier donc il ne saurait être précédé de ce possessif qui lui est au pluriel. On dira alors pour s'exprimer correctement" Je fête un an de plus".

Chers lecteurs, vous voilà servis. Alors, celui d'entre vous qui me fera le plaisir de m'inviter à célébrer ses un an d'anniversaire ne verra que mon ombre à sa cérémonie.

Yves_Martial

Yves_Martial operanews-external@opera.com