Marche contre la vie chère: la présidente de FDCI dit non à la désobéissance civile et au désordre

Bassira

Depuis l'annonce de la marche contre la cherté de la vie en Côte d'Ivoire, des voix se font de plus en plus entendre pour dénoncer l'initiative.

Au lendemain de la conférence animée par le Ministre du Commerce, Diarrassouba, qui a fait la lumière sur la situation économique tant en Côte d'Ivoire que dans la région, apportant ainsi beaucoup d'éclaircissement l'incidence sur le quotidien des populations, la présidente du parti politique, Force Démocratique de Côte d'Ivoire (FDCI), vient de monter sur les grands chevaux en condamnant fermement l'initiative.

Sur sa page Facebook "Thérèse Niederberger Ouattara", a fait une publication ce mardi 20 juillet 2021, pour lancer un message aux organisateurs qu'elle qualifie d'anarchistes.

Dans cette sortie médiatique qu'elle a intitulé "avis aux anarchistes, Thérèse Ouattara a rappelé aux organisateurs que personne ne mourra ni ira en prison parceque la vie est chère.

Car, dit-elle, ce n’est pas la première fois que la vie est chère dans notre pays.

Ainsi la présidente de FDCI, avertit, evoque des solutions existentielles et demande à faire des propositions :

<< Aucune désobéissance civile ni désordre ne devrait être toléré.

Pour lutter contre la vie chère, il existe des solutions, de la sensibilisation, des contrôles.

Faites des propositions concrètes de solutions à présenter au gouvernement. Agissons en responsable car même en Suisse, les populations reconnaissent que la vie est chère mais personne n’appelle à des marches.

C’est donc un phénomène international et la venue de la Covid-19 a tout compliqué. C’est irresponsable que des leaders politiques mal intentionnés tapis dans l’ombre comme toujours, incitent encore la jeunesse et nos mamans à la révolte juste pour satisfaire leurs plans diaboliques cachés dans le but de satisfaire leurs intérêts personnels.>>

Au nombre des propositions communes à adopter, elle suggère ceci :

<< Mettons nous ensemble pour apporter des solutions à la corruption, la vie chère, l’éducation, la santé, l’emploi, l’économie, l’agriculture etc… qu’avez vous prévu dans vos projets de gouvernement à ces effets?,>>

Avant de conclure, la femme présidente de parti politique donne rendez-vous aux organisateurs à la date indiquée. Car pour elle, il faut se dire les vérités quand on on veut parler de la paix du pays.

Voici donc son appel :

<< Je m’arrête là. Plus personne ne se fera manipuler ni tuer. Rendez vous le 31 juillet, car pour parler de la paix et de la Côte d’Ivoire, il faut se dire des vérités.

Attaquons les vrais problèmes et quittons dans les histoires de vengeance pour enlever un président élu. Je dis non à cette façon de faire la politique.>>

Bassira.

Bassira contact@operanewshub.com