Et si on laisse le soin au couple Gbagbo de parler lui-même de son divorce ?

Arobase225

Arrivé à Abidjan en grande pompe le 17 juin 2021, l'ancien pensionnaire de la prison de la CPI, Laurent Gbagbo, n'a pas mis du temps pour annoncer officiellement sa rupture d'avec celle que bon nombre d'ivoiriens appelle à tort ou à raison la "dame de fer".

Cette annonce a été perçue pour la conscience collective comme un véritable séisme quand on connait les nombreux challenges au compte de ce célèbre couple qui a tant impacté la vie politique ivoirienne.

Les commentaires ça et là entretiennent le quotidien sur la toile, à telle enseigne qu'on pourrait même dire que la Côte d'ivoire serait devenue le creuset de conseillers matrimoniaux. D'un côté les pro Nady, en face deux les pro Simone, sous l'arbitrage très partisan des pro Gbagbo, non sans citer les spectateurs Pro Affi et Pro Rhdp qui observent avec stupéfaction la bataille entre Gor.

Loin de toutes approches partisanes encore moins sarcastiques, faut-il éclairer la tenterne que les divorces ne sont pas nouveaux sous nous tropiques. Dans le prisme du contrat social, le mariage est d'abord un ensemble de clauses entre deux entités qui jugent bon à un moment donné leur vie de s'unir, du moins, tant que le consentement demeure. Après des décennies de vie commune parsemées de plusieurs combats politiques à leur actif, sommes-nous habilités à se muer en donneur de leçon. Aussi vrai que nous ignorons les faits ayant motiver leur union, seuls les contractants peuvent en dire plus sur leur rupture.

Arobase225 contact@operanewshub.com