Education nationale / Voici Une faute qui choque plus d'un

Baudouin1er

Cette énorme faute d'un enseignant enflamme la toile

Il peut arriver de voir des fautes dans les écrits d’un enseignant, soit par inattention ou par mauvaise frappe. Mais cette faute de cet enseignant ne répond pas à ces critères cités. C’est une grosse bourde.

Sur une image qui a largement fait le tour des réseaux sociaux, on peut voir l’enseignant copier une leçon au tableau avec la grave faute. Une faute qui choque plus d'un sur la toile. Dans un résumé du cours sur le tableau, l’enseignant a écrit " les élèvent jouent". Avec cette grave erreur, l’on se demande si les élèves est un groupe nominal ou un verbe. Comment peut-on voir ce groupe nominal avec "ent" à la fin. Autrement dit, il a conjugué " élève " bien qu'il ne s’agisse pas d'un verbe à la troisième personne du pluriel.

Beaucoup d'internautes critiquent l'enseignement et en même temps remettent en question tout le corps du métier.


S'il est attendu de trouver des fautes d'orthographe dans les copies des élèves, cela est plus surprenant quand il s'agit de celles des professeurs. Pourtant, en France, Le Parisien relève que c'est de plus en plus souvent le cas. Le quotidien cite plusieurs rapports qui pointent le problème et soulignent que ce sont les comptes rendus des jurys aux concours de recrutement de professeurs des écoles (CRPE) qui sont les plus « alarmants ».

Ainsi, en 2017 pour l'académie de Lille, on peut lire : « Certains correcteurs qualifient de langage oralisé le niveau de langue utilisé. » À Lyon, des erreurs « surprenantes » ont été relevées dans les copies des aspirants professeurs : « le héro », « bravourd », « le par être » ou la « monstruausité ». En 2016, à Créteil, on notait que « la qualité rédactionnelle des copies est souvent insuffisante (orthographe et syntaxe) ». 

À Bordeaux, en 2015, on déplorait carrément qu'« un tiers environ des candidats semble méconnaître les principes fondamentaux pour s'exprimer dans une langue claire et correcte ». Mais le problème existe aussi dans les autres concours de recrutement d'enseignants. Notamment pour les examens du capes. « On trouve des choses aberrantes », déplore auprès du Parisien un ancien correcteur. Pour lui, « les jeunes n'ont plus de points de repère » en ce qui concerne l'orthographe.

Baudouin1er pour Opéra news

Abonnez vous massivement

Baudouin1er contact@operanewshub.com