Audience de ce 19 Mai: Affoussy Bamba démonte les juges et explique pourquoi ils (les cadres de GPS) restent sereins

RaoulMobio

Il faudra attendre une semaine supplémentaire pour être situé sur le sort de Guillaume Soro et des autres cadres de Générations et Peuples Solidaires (GPS) convoqués ce Mercredi 19 Mai devant le tribunal criminel d'Abidjan.

La décision de renvoi de la procédure judiciaire au 26 Mai, et surtout les conditions dans lesquelles certaines personnalités proches de l'ex chef du parlement, se sont retrouvées au banc des accusés, suscite de l’indignation parmi les avocats de GPS.

Peu après l'annonce du report de l’audience, Me Affoussiata Bamba Lamine, citée au nombre des cadres de GPS devant comparaître ce Mercredi 26 Mai, nous faisait part de sa réaction en tant qu’expert juridique. Sans passer par quatre chemins, la cheffe du collectif des avocats de GPS a qualifiée cette audience ‘’d’aberration’’. En effet, sa convocation devant le tribunal criminel, déjà dénoncée par Me Gohi-Bi pour vice de procédure, fait partie, explique-t-elle des pires aberrations de ce procès. ‘’ Une personne qui comparaît devant le tribunal correctionnel ou criminel est clairement mis en cause avant. Il doit être entendu par le juge d’instruction, c’est une fois que le dossier est clos qu'il peut passer devant le juge. Voilà des gens qu’on cite qui n'ont jamais été inculpés’’, dévoile l’ex ministre de la communication qui rappelle n'avoir jamais été citée dans un réquisitoire introductif’’. ‘

’Même quand vous voulez violer le droit, il y’a des manières subtiles de le faire’’, lance-t-elle aux des juges en charge du dossier qu'elle accuse d’être inféodés au pouvoir en place.

Par ailleurs, prévient l'avocate au barreau de Paris, ‘’ Quand on sait que la cour africaine a rendu une décision depuis le 22 Avril 2020, cette audience n’aurait pas dû avoir lieu. La décision de la cour africaine a la primauté sur le droit national’’. Un détail important qui rassérène le camp Soro qui attend de pied ferme le verdict qui sera rendu le 26 Mai prochain, si d'ici à là, les juges retrouvent les pièces à conviction, qui ont valu selon la défense, d'alibi au report du procès.

Raoul Mobio

RaoulMobio operanews-external@opera.com