Ce joueur inconnu était plus fort que Maradona

SieurKouame

Le joueur le plus légendaire de tous les temps

Est-ce que vous connaissez le footballeur le plus légendaire, mythique, romantique, fantasmé et libre de tous les temps ?

Est-ce que vous connaissez Thomas Felipe Carlovich ?

Nous parlons de Thomas Felipe Karlovic alias El Trinche Carlovich.

Malheureusement il est décédé récemment en mai 2020 par des gens qui ont voulu lui voler son vélo, il est décédé des suites de ces blessures.

C’est un footballeur légendaire dans le sens ou il y a une part de fiction, de mythe qui est couplé à une part de réalité. Et il y a aussi cet élément propre à toute légende c’est le fait que son récit se transmet de génération en génération.

Alors qui était vraiment El Trinche Carlovich ?

Benjamin d’une fratrie de sept enfants dont le père était un plombier Yougoslave venu s’installer en argentine dans les années 30 à Rosario. Et justement Karlovic va représenter dignement le footballeur de Rosario, un footballeur assez lent mais assez artistique, extrêmement lyrique comme ils le disent en Argentine. En effet quand on relit les coupures de presse qui parle de son foot, on a l’impression qu’on parle de poésie d’où cette idée de lyrisme. Un footballer très habile, très technique, un gaucher évidement comme tous ces footballeurs si particuliers. Il jouait devant la défense du coup certains le comparent à Redondo de part son élégance et d’autres le comparaient à Riquelme tellement il était difficile de lui prendre le ballon.

Ces récits sont racontés par des gens de Rosario de bouche à oreille tellement on a peu d’archives filmés ou de vidéos du football argentin des années 70 donc quasiment aucune vidéo de El Trinche Carlovich. Et notamment c’est ce qui va faire sa légende. On comprend donc cette part de mythe et de fantasme qui l’entoure.

Ce qu’on sait, c’est que c’est un footballeur qui n’a pas de chance parce que le moment ou il passe professionnel correspond à une période ou le football argentin accorde de l’importance au physique, a la carrure. Ainsi les entraineurs privilégient les footballeurs physiques, endurant, résistant. Et ce qu’on peut dire c’est que Carlovich ne va pas faire grande chose pour s’adapter aux exigences du football de cette époque.

C’est un joueur qui n’avait pas vraiment envie de s’entrainer, même participer aux concentrations d’avant matchs, et avait du mal à se lever tôt pour venir aux entrainements. Ce qui va faire qu’il va disputer qu’un seul match en première division, ce qui est vraiment dommage parce qu’il avait vraiment les qualités exceptionnelles. On comparait ses qualités à celle de Maradona, il brillait par ses talonnades, ses reprises de volet, ses dribles, ses gestes techniques incroyables. Mais c’est un joueur qui refusait de travailler la partie physique.


Et cela va conduire à l’écarter du club donc en première division. Il se tourne vers la deuxième division ou il trouve refuge dans un club de Rosario appelé Central Cordoba. Et il se dit que des le premier match le public va tomber littéralement amoureux de lui et l’adopter. Il avait une spécialité qui était le petit pont, ou même des doubles petits ponts. Il mettait un premier petit pont et attendait que l’adversaire revienne à sa hauteur et il lui mettait un autre petit pont et là le public était en liesse.

Au point ou les supporters disaient : Ce soir joue El Trinche Carlovich … Et c’était une motivation suffisante pour venir au stade et profiter de ce beau spectacle qu’il offrait à chaque match.

Le paradoxe avec lui c’est que malgré que les gens l’adoraient, ce n’était pas important pour lui d’en faire plus à l’entrainement, il était toujours aussi paresseux. Les lundi et mardi ou ses coéquipiers travaillaient la partie physique, lui il dormait chez lui ou partait à la pêche. Et après quand il s’agissait des entrainements avec ballon OK là il était présent. Ce n’était pas un joueur forcement ingérable, sauf qu’il aimait juste jouer à foot c’est tous ce qui l’intéressait. Juste jouer et rien d’autre.

Un match qui va forger la légende de Carlovich. On était en 1974 et l’argentine est sur le point de s’envoler pour l’Allemagne pour disputer la Coupe du Monde, mais avant ça elle va disputer un match amical contre une sélection de Rosario. Cette sélection est composée principalement de joueurs de première division mais avec un seul joueur de deuxième division : El Trinche Carlovich. Et les joueurs de la sélection de Rosario qui n’ont jamais jouer ensemble et qui ne se connaissent quasiment pas, vont donner une leçon de football à la sélection argentine qui doit aller représenter le pays tout entier à la coupe du monde. Ce soir-là Carlovich va donner une exhibition, il ne perd aucun ballon et a chaque touché de balle le public se lève pour applaudir ses gestes techniques. Tout lui réussissait et le public était en délire. La sélection argentine se fait balader et est même mené 3-0. A 15 minute de la fin, Carlovich sort sur la demande de l’entraineur de l’équipe d’argentine.

Il sort, il se rhabille, porte ses sandales et s’en va au restaurant manger sans même que le match ne soit terminé.

A la suite de cet épisode, Carlovich est pré -sélectionné pour rejoindre la sélection mais encore une fois Carlovich brille de son absence au rassemblement parce qu’il était parti à la pêche.

Il dit une phrase qui est très touchante : « l’amour des gens de Central m’a touché et m’a comblé plus que tout autre gloire de ce monde ».

Il était aimé dans toute l’argentine et cet amour était son moteur. Marcelo Bielsa va passer quatre ans à aller le voir jouer chaque samedi pour profiter de son football.

Une anecdote assez spéciale raconte qu’il va se faire expulser lors d’un match et le public présent va faire un scandale car pour eux ils étaient venus voir Carlovich et personne d’autres.

Une autre anecdote dit qu’une fois il avait oublié sa licence lors d’un déplacement et que les dirigeants de l’équipe adverse qui avaient tout intérêt à ce qu’il ne joue pas ce match vont faire pression pour le faire jouer sans licence parce qu’ils voulaient juste le voir jouer.

On dit de lui qu’il remplissait les stades de foot ou il passait de sa magie, de son amour pour le foot et de sa générosité.

Les gens raconte qu’il était presqu’aussi talentueux que Maradona, qu’il pouvait faire un match entier sans perdre un ballon et qu’il a même joué tout un match en faisant des passes en l’air parce que la pelouse était trempée. Mythe ou réalité ?

Il reste le meilleur footballeur que presque personne n’a vu jouer de notre époque.

Même quand Maradona arrive à Rosario, il dit que tous le monde ne faisait que parler de ce Carlovich au point ou il l’a rencontré et dédicacé un maillot ou est écrit : Toi tu jouais mieux que moi.

Maradona disait ceci « Je pensais que j’étais le meilleur, mais depuis que je suis arrivé à Rosario, j’ai entendu des merveilles d’un certain Carlovich, donc je ne sais plus… »

Carlovich est décrit comme un Maradona qui n’a pas voulu être Maradona. Quelqu’un qui a refusé les a côtés du football juste pour le plaisir de jouer.

Aujourd’hui les gens diront que c’est un talent gâché et qu’il est passé à coté d’une belle carrière mais Karlovic disait que si c’était à refaire il le referait pour la simple et bonne raison qu’il était heureux en faisant ce qu’il a fait.

Au total il aura disputé 236 matchs avec son club de cœur Cordoba mais a aussi joué pour cinq autres clubs. Il ne durait jamais assez longtemps car il avait le mal du pays et voulait forcement revenir auprès des siens. Il aura même passé la grande partie de sa vie dans la même maison, la maison de son enfance. Il était comblé à Rosario et pour lui jouer à Central Cordoba c’était comme jouer au Real Madrid. Cela suffisait à son bonheur car il était heureux et adulé de tous.

SieurKouame contact@operanewshub.com