Côte d'Ivoire - Sierra Leone : attention, rien n'est gagné d'avance

News Hub Creator

Les Éléphants de Côte d'Ivoire s'apprêtent à en découdre avec les Lone stars de la Sierra Leone pour leur 2e sortie à la Coupe d'Afrique des nations (Can) 2021, ce dimanche 16 janvier 2022. Les supporters ivoiriens dans leur grande majorité, sont convaincus que les Pachydermes feront d'une bouchée leurs adversaires du jour. 

Au regard de cet optimisme on ne peut plus béat, nous avons interrogé un spécialiste du sport en général et du football en particulier. En l'occurrence Fernand Dédeh. Ce, pour nous livrer son analyse de cette rencontre décisive pour la sélection ivoirienne. A cet égard, l'ancien journaliste de la Radiodiffusion télévision Ivoirienne (RTI) appelle à la prudence et attiré l'attention des supporters dits maso.

"Attention, si un seul supporter maso des Eléphants pense que la Côte d’Ivoire va plier la Sierra-Leone en mille morceaux, il fait erreur. Qu’il se rappelle du match Eléphants- Leone Stars a Bouaké, le 4 septembre 2016. Match comptant pour les éliminatoires de la CAN2017. Match nul, 1-1. Mais la Sierra Leone avait étalé les lacunes des Eléphants. Elle aurait pu enlever le gain du match. Ce soir-là, l’entraîneur de l’équipe ivoirienne Michel Dussuyer et le capitaine Gervinho s’étaient contentés de déclarer: « le plus important était la qualification pour la CAN 2017. »", a-t-il rappelé.

Avant d'enchaîner : "Cinq ans plus tard, les Eléphants retrouvent les Leone Stars en phase de poule de la CAN. La première sortie des poulains de l’entraîneur Jhon Keister face à l’Algérie, champion en titre, a montré les progrès réalisés par le football Sierra-Leonais. L’entraîneur algérien n’a pas trouvé d’autres arguments que le temps à Douala et la qualité de la pelouse. Il n’a pas véritablement voulu reconnaître que l’adversaire a compliqué la tâche de ses joueurs. Il s’est étonné de la prestation du gardien des Leone Stars, qui a sorti le grand jeu le 11 janvier 2022. Suffisance refroidie."

Qu'à cela ne tienne ! Fernand Dédeh reconnaît que " l'équipe ivoirienne a les hommes et les moyens de faire exploser n’importe quel adversaire . Seulement voilà, elle doit se donner un schéma de jeu, une ligne du ballon clairement lisible. Elle doit simplifier son jeu. Sur les ailes, elle a des couloirs qui peuvent être plus actifs. Konan Ghislain a montré un gros potentiel à gauche, disponible sur les actions offensives pour les dédoublements avec Maxwell Cornet. Le dernier centre ou retrait arrive à retardement dans la surface de réparation. À droite, celui que son entraîneur a baptisé « l’interrupteur », Max Gradel joue tout en percussion et vitesse. Il sait être efficace en plus. Serge Aurier revient dans le groupe après avoir purgé sa peine. S’il joue simple et utile, c’est un soutien de poids pour le couloir droit des Eléphants."

Toutefois, "la grosse équation des Ivoiriens se trouve au milieu de terrain. Il y a de la qualité. Sery-Jean Michel rappelle Guédé Akenon (milieu ivoirien des années 80). Seulement, il est utilisé en demi-défensif et donc doit trouver les transitions pour accélérer er/ou aérer le jeu. La transition, c’est Franck Kessié. Or Framck ne joue pas simple. Trop de courses et finalement de pertes de balles. Cela expose sa base défensive sur les contres adverses..."

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country