Etats généraux de l'Education et de l'Alphabétisation : pour une école fondée sur nos valeurs

Bli59

Annoncés par la ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation Mariatou Koné, les États généraux ont débuté depuis quelques semaines.

L'importance de l’éducation dans le développement d’une nation est sans conteste. Notre 1er Président, F.H.Boigny l’avait si bien compris qu’il a commencé, avant même l’indépendance du pays, à envoyer les jeunes ivoiriens pour se former à l’étranger. Après l’accession à la souveraineté nationale, il s’est employé à bâtir plusieurs établissements de formation, pour que le pays dispose de cadres compétents, capables d’impulser son développement économique et social.

Les crises de diverses sortes ont ralenti cet élan.

 Aujourd’hui, les défis sont nombreux. Entre autres, le problème d’enseignants. On ne confie l’éducation à quelqu’un qui n’en a ni la volonté ni la compétence. Le métier d’enseignant étant un vrai sacerdoce. Et la valorisation de ce métier doit être une priorité. Vu la situation difficile de l' école durant ces dernières décennies, les résultats de ces États généraux sont très attendus. Le souhait des ivoiriens est que des solutions durables et efficaces soient trouvées pour redorer le blason de l’école. Une école qui doit être basée sur la culture et l’histoire ivoirienne et africaine prioritairement. À ce propos, c’est une satisfaction de constater que les ouvrages de littérature étudiés aux premier et second cycles sont à plus de 80% écrits par des auteurs ivoiriens et africains. Pour ce qui des matières scientifiques, pas d’adaptation à faire puisque la science est universelle.

À côté de tout cela, l’accent doit aussi être mis sur la morale et l’éducation civique à cause de l’état de dégradation morale de certains jeunes. Les problèmes comme la tricherie, la drogue, les grèves insensées, les congés anticipés, etc. peuvent être résolus en grande partie. Des enseignants et des éducateurs doivent être formés pour remplir ces tâches spécifiques.

Notre jeunesse doit avoir la tête à la fois bien pleine et bien faite.

Honneur à la ministre Mariatou Koné d’avoir compris le problème de l’école ivoirienne et pour s’être donné les moyens pour apporter des solutions. Elle a le soutien de toute la Côte d’Ivoire.

 

 

Bli59 operanews-external@opera.com